30/12/08

méthode de la composition

Méthode de la composition

1e étape : lire et comprendre le sujet (10 mn)

→ dégager les mots clés qui donnent son sens au sujet

→ définir le cadre spatial (surtout en géographie, préciser l’échelle)

→ définir le cadre temporel (en histoire seulement) : est-ce un moment historique essentiel (ex : l’année 1947), une période précise (1789-1799), ou une période globale dont il faut soi-même définir les contours chronologiques (ex : la Renaissance → 1450-1550).

cerner la problématique, càd le problème soulevé par le sujet et qu’il faudra démontrer dans le développement.

  • Soit elle est directement suggérée      par l’énoncé (ex : 1917, année tournant)      et il faut préciser ce qu’il faut démontrer ( en      quoi c’est une rupture)
  • Soit il faut la dégager en fonction      des connaissances (ex : l’agriculture      américaine : en quoi est-ce      un élément de la puissance ?)

Attention aux sujets avec et : il faut toujours démontrer le lien entre les deux termes du sujet ( ex : flux migratoires et inégalités dans le monde)

définir le plan en partant de la problématique dégagée.

  • Le plan chronologique en histoire convient à      un sujet évolutif ( ex : l’histoire      politique de la IIIe République de 1875 à 1940), dans ce cas,      il faut choisir les dates de rupture ( ex :      1e guerre mondiale, 1936 et le Front populaire).
  • Le plan thématique      convient pour tout autre sujet, en histoire comme en géographie, en évitant l’énumération      non problématisée (ex : non pas les flux migratoires, les      pays du Nord, les pays du Sud, mais :      quel est le lien entre l’émigration et le développement dans les pays du      Sud, entre l’immigration et le développement dans les pays du      Nord ?).

NB : en histoire le plan est souvent mixte entre chronologique et thématique. (ex : le modèle soviétique : certes on divise par grands thèmes politique, économique, social, mais on montre aussi l’évolution pour chaque thème de la période stalinienne à la disparition de l’URSS).

2e étape : construire un plan détaillé ( 30-40 mn)

2 méthodes possibles :

  • Si on a les idées claires, on classe      et on hiérarchise les connaissances choisies. Sur une      feuille, on inscrit les titres des grandes parties, en laissant la place      pour classer les thèmes des sous-parties, en allant dans le détail. Il      faut commencer par le plus important, et procéder avec logique      (causes → conséquences, attention à ne pas      inverser la chronologie).
  • Sinon, on gâche du papier ! Sur      une 1e feuille, on note les unes au-dessous des      autres toutes les idées      qui viennent en tête à l’aide des questions      de base (où ? quand ? quoi ? pourquoi ?      comment ? avec quelles conséquences ?). On regroupe ce qui va      ensemble avec des flèches, des marqueurs, des numéros (au choix) et on      élimine ce qui est hors-sujet. Sur une 2e feuille,      on recopie les unes sous les autres les idées de façon classée      et hiérarchisée, en cherchant à détailler mais sans rédiger.

2 écueils à éviter : les annotations trop vagues ( ex : pb éco, ce qui peut recouvrir n’importe quoi) ou la rédaction complète (perte de temps).

3e étape : rédiger (45-50 mn)

  • L’introduction a un rôle triple :

→ elle présente le sujet dans son cadre spatial et temporel

→ elle énonce la problématique

→ elle annonce le plan

On peut le faire en phases successives, ou compacter les 3 fonctions en une phrase élégante.

Les écueils : éviter l’introduction résumé (on va lire deux fois la même chose)

  Eviter les formules toutes faites et pesantes ( nous allons nous pencher sur… dans une 1e partie, nous allons voir que)

NB : l’introduction doit être rédigée au brouillon, cela peut être fait à n’importe quel moment, mais elle doit être soignée, car c’est le premier contact avec le correcteur. Elle ne doit pas excéder 8-10 lignes.

  • La conclusion a 2 rôles :

→ c’est un bilan qui reprend brièvement l’argumentation pour répondre à la problématique initiale

→ c’est une ouverture sur plus large (période ou espace) ou plus tard (en histoire : voir les conséquences immédiates du problème traité) ;

écueils: éviter la conclusion résumé ( on risque de lire 3 fois la même chose !)

  éviter les conclusions bateau qui ne sont pas spécifiques au sujet (ex : ne pas conclure le sujet sur la IIIe République sur : et après il y a eu la guerre).

La conclusion fait 4-6 lignes.

  • Le développement

→ Il doit suivre scrupuleusement le plan annoncé.

→ Les parties doivent être équilibrées, séparées par des phrases de transition, une ligne sautée, et divisées en paragraphes clairs (retour à la ligne).

→ La rédaction doit être claire, argumentée, et coller au sujet.

4e étape : se relire (5 mn)

→ pour le contenu : en cas d’erreur on supprime, d’oubli, on fait un renvoi clair à la fin de la copie.

→ pour le français et l’écriture, car le but est de se faire comprendre….

Posté par meierhg à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur méthode de la composition

Nouveau commentaire